La justice française interdit la diffusion d’une interview de Patience Dabany dans « Despot Housewives »

16 Fév 2018
1203 times

Le tribunal de grande instance de Paris a estimé, dans une décision rendue ce vendredi, que la star de la musique gabonaise Patience Dabany, par ailleurs mère du président Ali Bongo Ondimba, « a été délibérément trompée sur l’objet de l’entretien » accordé au réalisateur Joël Soler. L'interview de l’ex-Première dame gabonaise ne sera pas diffusée.

Le tribunal a ordonné à Day for Night, la société productrice de la série Despot Housewives, consacrée aux épouses d’anciens « despotes » diffusée en 2015 et 2017 par France Télévisions et Canal Plus, de ne pas exploiter l’entretien réalisé « sur quelque support que ce soit », et l’a condamnée à 3 000 euros à titre de réparation.

Cet entretien devait être initialement diffusé sur la chaîne Planète+ le 27 septembre dans le troisième épisode de la deuxième saison. Mais fin septembre, alertée par des articles de presse annonçant sa diffusion, Patience Dabany réagit à la veille de la diffusion. Par avocat interposé, elle met en demeure Planète+, qui appartient au Groupe Canal+, demandant l’interdiction de la diffusion. Puis, elle assigne en référé Day for Night, le 14 novembre 2017, pour « atteinte à son droit à l’image ».

À juste titre, selon le TGI de Paris : « Ayant donné son autorisation d’exploiter son image pour un reportage présenté à tort comme portant sur les femmes ayant joué un rôle important dans la carrière politique, littéraire et même scientifique de leurs enfants, alors qu’il s’agissait en réalité, depuis le départ, d’exploiter son image dans le cadre d’une série consacrée aux femmes de dictateur », écrit Thomas Rondeau, le vice-président du TGI, dans l’ordonnance de référé consultée par Jeune Afrique.

 Aux côtés de Magda Goebbels

L’épisode dans lequel apparaît Patience Dabany évoque à ses côtés l’épouse du tristement célèbre ministre nazi de la Communication, Magda Goebbels, qui empoisonna ses six enfants au cyanure à la chute du IIIe Reich, ainsi que les épouses de la dynastie Kim en Corée du Nord… Loin des Marie et Irène Curie, ou de l’ancienne présidente de la Corée du Sud, Park Geun-hye. « Des personnes aux côtés desquelles il aurait été bien plus respectable de figurer », faisait savoir son entourage lors de l’audience tenue le 19 janvier dernier.

Joël Soler et Day for Night plaidaient la défense de la liberté du public à l’information et une bonne foi dans l’organisation du tournage à Libreville, indiquant avoir fait parvenir les questions en amont de l’entretien et avoir obtenu l’accord du gouvernement gabonais pour tourner un documentaire sur Les Matriarches – le titre de l’épisode incriminé. ... Retrouver l'article sur Jeune Afrique

 

© Jeune Afrique

Last modified on samedi, 17 février 2018 08:23
Rate this item
(0 votes)

Leave a comment

Make sure you enter the (*) required information where indicated. HTML code is not allowed.

Duchess Afro Mag
21 Grand Rue,
L-9905 Troisvierges Luxembourg
Téléphone : +352 661 730 312
E-mail : info@duchessafromag.lu
Web : http://www.duchessafromag.lu