Automobile : Le scandale Volkswagen !

C’est l’épilogue d’une folle semaine chez Volkswagen (VW). Vendredi 25 septembre, Matthias Müller, l’ancien patron de Porsche, a été désigné, à l’unanimité du conseil de surveillance, président du directoire du groupe allemand.

Il succède à Martin Winterkorn, qui a démissionné mercredi à la suite du scandale du logiciel truqueur de tests d’homologation américain, révélé vendredi 18 septembre par l’Agence de protection de l’environnement américaine.

 

Retour sur les faits.

Le 20 septembre 2015, Volkswagen reconnaît avoir massivement trompé les contrôleurs aux Etats-Unis sur les niveaux d’émission polluante de ses véhicules diesel, et ce depuis 2009. Le constructeur admet avoir utilisé un logiciel interdit pour contourner la législation et faire baisser le niveau des émissions de ses véhicules.

Le montant de l’amende qui pèse sur le groupe allemand est théoriquement énorme : 18 milliards de dollars (16 milliards d’euros), à raison de 33 000 euros par véhicule vendu aux Etats-Unis depuis le début de la fraude, soit 482 000 véhicules. Sans compter les actions en justice qui pourraient être intentées par des groupes de particuliers, les class actions.

Depuis, de nombreux pays ont déclaré qu’ils allaient de nouveau se pencher sur les émissions de l’ensemble des véhicules commercialisés par le groupe Volkswagen, qui comprend au total douze marques (Audi, Porsche, Seat, Skoda, Lamborghini, etc.). Outre les Etats-Unis, la Corée du Sud, l’Italie, la France, l’Allemagne et le Mexique ont annoncé qu’ils procédaient à une enquête.

Qui a révélé la fraude du constructeur ?

C’est l’International Council for Clean Transportation, une organisation non gouvernementale spécialisée dans les transports propres, qui a décidé de tester les émissions de certaines voitures diesel. En mai 2014, elle publie un rapport qui montre que les niveaux émis par certains véhicules (la Jetta et la Passat) sont jusqu’à 35 fois supérieurs aux normes. L’ICCT décide d’alerter l’agence de l’environnement américaine (EPA) qui procède à ses propres tests avant d’envoyer une lettre de grief au constructeur allemand.

 

La situation en Belgique.

Le ministre de l’Économie Kris Peeters indiquait samedi 26 septembre au matin dans De Morgen et Het Laatste Nieuws que 500.000 voitures belges étaient suspectées d’être équipées du moteur diesel truqué. Selon Denis Gorteman, le directeur général de D’Ieteren, unique importateur de Volkswagen en Belgique, ce chiffre n’est qu’une spéculation, car il s’agit en fait du chiffre maximum qui pourrait être annoncé. "Il pourrait très bien y en avoir 5.000, 100.000, 200.000 comme il pourrait très bien n’y en avoir, mais je n’y crois pas, aucun", a-t-il indiqué au micro de Loïc Parmentier pour RTL TVi.

 

La tâche sera difficile pour le nouveau patron de Volkswagen.

 

 

Présent trente-huit années au sein du groupe, le nouveau patron sait qu’il ne disposera d’aucun état de grâce. Il va devoir agir vite et fort pour rétablir la réputation des marques du groupe, d’Audi à Seat en passant par Skoda et la marque phare Volkswagen. Vendredi, ses premiers mots sont allés aux salariés du groupe. « Nous surmonterons cette crise, nous le pouvons », leur a-t-il promis.

« Sous ma direction, a-t-il insisté, Volkswagen fera tout ce qu’il peut pour développer et mettre en place les règles et les normes de gouvernance les plus rigoureuses de notre industrie. Si nous y arrivons, le groupe, avec ses forces en matière d’innovation, ses marques extrêmement reconnues et par-dessus tout la compétence et la motivation de nos équipes, en sortira plus fort. »

 

Duchess Afro Mag 

Last modified on samedi, 07 novembre 2015 19:44
Rate this item
(0 votes)

287 comments

Leave a comment

Make sure you enter the (*) required information where indicated. HTML code is not allowed.

Duchess Afro Mag
21 Grand Rue,
L-9905 Troisvierges Luxembourg
Téléphone : +352 661 730 312
E-mail : info@duchessafromag.lu
Web : http://www.duchessafromag.lu