Espagne : la Catalogne annonce «son» référendum sur l’indépendance pour octobre

Le président indépendantiste de la Catalogne a annoncé vendredi la tenue d’un référendum d’autodétermination dans sa région le 1er octobre en dépit de son interdiction par la justice, au risque d’entraîner une crise majeure en Espagne.

Dans un discours solennel en catalan prononcé à Barcelone, Carles Puigdemont a revendiqué « le droit légitime à l’autodétermination d’une nation millénaire comme la Catalogne ». Puis, il a annoncé qu’ « un référendum sera célébré le dimanche 1er octobre, avec la question : Voulez-vous que la Catalogne soit un État indépendant sous forme de République ? ». « La réponse que donneront nos concitoyens, oui ou non, sera un mandat que le gouvernement s’engage à appliquer », a-t-il ajouté.

Les dirigeants séparatistes catalans réclament depuis 2012 un référendum d’autodétermination en bonne et due forme pour leur région du nord-est de l’Espagne aux 7,5 millions d’habitants, comme celui accordé en 2014 par Londres à l’Ecosse. En cas de victoire du «oui», ils sont résolus à amorcer immédiatement la « déconnexion » de l’Espagne. Carles Puigdemont n’a cependant pas encore signé le décret de convocation de cette consultation déjà déclarée anticonstitutionnelle. Sa tenue mettrait en délicatesse avec la loi toutes les personnes qui participeraient à son organisation. Et au sein même du camp des partisans d’un référendum, certains ne souhaitent pas une telle confrontation avec l’État.

« Cela ne se produira pas »

Le gouvernement espagnol conservateur de Mariano Rajoy a toujours assuré qu’un tel référendum n’aurait pas lieu, la Constitution ne permettant pas de consulter le peuple sur une seule portion du territoire quand il s’agit d’un enjeu national. « Tant que je serai président du gouvernement, cela ne se produira pas », avait réaffirmé le 27 mai en Catalogne Mariano Rajoy. Le gouvernement peut l’empêcher via la Cour constitutionnelle – qui peut notamment suspendre Carles Puigdemont pour désobéissance – ou directement en préemptant les compétences des autorités régionales. Les séparatistes « savent parfaitement qu’il n’y aura pas de référendum illégal », a aussi déclaré vendredi Albert Rivera, dirigeant du parti libéral Ciudadanos, fondé en 2006 à Barcelone justement pour s’opposer au «nationalisme catalan».

Il les a appelés à mettre « fin à ce cauchemar et cette division interne » et à organiser de nouvelles élections régionales. Selon le dernier sondage d’un institut gouvernemental catalan, 44,3% des Catalans sont pour l’indépendance, 48,5% contre. Mais une grande majorité – 73,6% – veut pouvoir se prononcer par référendum. Cette consultation est défendue au-delà de la sphère indépendantiste par des organisations comme le nouveau parti de gauche Catalunya en Comu de la maire de Barcelone Ada Colau, des syndicats, des chefs d’entreprises ou encore le FC Barcelone. Mais Catalunya en Comu laisse entendre qu’il ne soutiendra pas un vote sans garanties démocratiques ni reconnaissance internationale.

Dialogue de sourds

Le 9 novembre 2014, la région avait bravé une première interdiction en organisant une « consultation » symbolique des Catalans : 2,3 millions de personnes – sur six millions d’électeurs potentiels – avaient participé. Huit sur dix s’étaient prononcées pour la sécession. Pour avoir organisé ce vote, le président catalan de l’époque, Artur Mas, a été condamné à deux ans d’interdiction d’exercer une fonction publique élective. A présent, l’exécutif catalan prépare une loi régionale – au contenu encore tenu secret – qui devrait lui octroyer le pouvoir de convoquer le référendum et déconnecter la région de l’ordre juridique espagnol.

Une stratégie qualifiée de « véritable coup d’État » par Madrid. La région et l’État central ne sont pas parvenus à se rapprocher ces derniers mois, en dépit du lancement au début d’année d’une « opération dialogue » par Madrid. Mariano Rajoy a certes promis 4,2 milliards d’euros d’investissements pour les infrastructures catalanes d’ici à 2020. Mais la Catalogne réclame en réalité plus de pouvoir que Madrid n’envisage pas de lui donner. L’indépendantisme catalan s’est alimenté de ce que M. Puigdemont appelle « la grande frustration de 2010 », quand la Cour constitutionnelle avait finalement raboté le statut de large autonomie accordé en 2006 à la Catalogne. ... Retrouver l'article sur Le Quotidien

 

© Le Quotidien

 

Last modified on vendredi, 09 juin 2017 20:12
Rate this item
(0 votes)

Leave a comment

Make sure you enter the (*) required information where indicated. HTML code is not allowed.

Duchess Afro Mag
21 Grand Rue,
L-9905 Troisvierges Luxembourg
Téléphone : +352 661 730 312
E-mail : info@duchessafromag.lu
Web : http://www.duchessafromag.lu