Home Lifestyle Un visage et un corps parfaits sans bistouri… la fin d’un tabou

Un visage et un corps parfaits sans bistouri… la fin d’un tabou

by Arnold Benge

Les jeunes de 18-35 ans ont davantage recours à la médecine esthétique que les plus de 50 ans. Génération selfie, nouvelles technologies… les raisons sont multiples. Tracy Cohen, directrice de la Clinique des Champs-Elysées, témoigne.

Je dois toujours être au top. Je change de vêtements et je me maquille plusieurs fois par jour, avant chaque rendez-vous“, nous raconte une instagrameuse. Car ses photos doivent être parfaites. En toute occasion. Pas le droit aux cernes ni au faux-pas… sous peine de déclin du like ! Et ce, au nom du statut d’influenceuse. Sans tomber dans la caricature, force est de constater qu’Instagram a bouleversé les codes de l’image. A commencer par celle de soi. A coups de selfies et de filtres, instagrameur(se)s souhaitent véhiculer la vision d’un corps et d’un visage zéro défaut. Un phénomène qui influence inéluctablement le secteur de la médecine esthétique. 

Zéro défaut, zéro complexe

Les réseaux sociaux ont eu un véritable effet car on y a une peau parfaite“, avoue Tracy Cohen, directrice de la Clinique des Champs-Elysées. Notamment auprès des jeunes. En 2011, l’établissement – l’un des plus en pointe en France – comptait 0,52% de patients de 18-25 ans et 9,81% de patients de 26 à 35 ans. Des taux qui s’élèvent en 2019 à respectivement 10,34 et 37,10 %. La tendance s’est inversée en 2018 : pour la première fois, les jeunes de 18-35 ans ont davantage recours à la médecine esthétique que les 50-60 ans (source : IMCAS/International Master Course on Aging Science – févr. 2019)

Related Articles

Leave a Comment